Pourquoi fumer est-il déconseillé après la pose d’implants dentaires ?

Augmentation du risque d’AVC, pneumonie, maladie coronarienne… Les raisons d’éviter la cigarette sont bien nombreuses.

Mais saviez-vous aussi que le tabagisme peut avoir d’importantes conséquences après la pose d’implants dentaires ?

Voici 3 raisons qui expliquent pourquoi les professionnels de la santé dentaire déconseillent fortement de fumer après cette opération.

1. La cigarette ralentit la cicatrisation

Le tabagisme a un impact important sur la cicatrisation de la plaie après la pose d’un implant dentaire.

En effet, la circulation sanguine des fumeurs est ralentie, puisque la nicotine contracte les vaisseaux sanguins. 

Cela fait en sorte que l’approvisionnement en sang et en oxygène vers la cicatrice est considérablement diminué chez les fumeurs. Ainsi, la cicatrisation se fait beaucoup plus lentement.

2. Fumer augmente le risque d’infection après l’opération

Malgré les avancées technologiques en implantologie dentaire, les fumeurs sont toujours plus à risque de développer une infection pendant ou après la pose d’implants.

Au moment de la pose de l’implant, des bactéries risquent de s’infiltrer dans la plaie. Puisque le processus de cicatrisation est ralenti chez les fumeurs, le risque d’infection primaire est plus important.

De plus, le système immunitaire des fumeurs est affaibli, ce qui augmente encore plus les chances qu’une infection se développe. Dans certains cas, la pose d’implants pourrait échouer dès le départ.

Les fumeurs sont aussi plus susceptibles de développer des maladies comme la gingivite et la parodontite. En effet, le tabagisme accroît l’accumulation de plaque et de tartre, ce qui peut infecter la gencive et les tissus qui supportent les dents. Ces maladies augmentent les risques de perte osseuse et ainsi limitent la durée de vie des implants dentaires.

3. Le tabagisme ralentit le temps d’assimilation de l’implant dans l’os

Dans les jours suivant la procédure de pose des implants dentaires, le processus de récupération commence. Durant ce processus, les tissus conjonctifs se reforment autour de l’implant pour permettre à l’os de la mâchoire de l’assimiler complètement.

Cependant, les cellules qui composent ces tissus sont moins actives chez les fumeurs. Ainsi, la récupération se fait bien plus lentement. Cela retarde aussi l’étape que les patients attendent avec le plus d’impatience, c’est-à-dire l’installation de la prothèse dentaire.

Les fumeurs sont-ils tout de même admissibles à la pose d’implants dentaires?

Bien que le taux de réussite des implants dentaires chez les fumeurs soit bien moins élevé que pour les non-fumeurs (environ 90% contre 97%), il leur est tout à fait possible de subir cette intervention.

Toutefois, il est essentiel d’arrêter de fumer pendant la période de récupération après l’opération. Idéalement, cet arrêt devrait durer environ 3 mois pour limiter le plus possible les risques d’échec et d’infection. Si ce délai est trop difficile, un arrêt de deux semaines est acceptable, mais plus risqué.

Vous souhaitez en savoir plus sur les instructions post-opératoires après une chirurgie maxillo-faciale? Consultez notre site Web pour obtenir plus d’informations qui vous aideront à optimiser votre période de récupération.